Retour à la grille

Double victoire pour le duo de trail On

Ce fut un week-end victorieux pour les deux athlètes On et duo ultra-trail de choc Katie Schide et Germain Grangier. Ils se sont en effet lancés à l’assaut de leur première course ultra de l’année sur l’Ultra Trail Côte d’Azur Mercantour, une épreuve de 130 km avec 8’700 m de dénivelé positif. Ces deux champions nous racontent comment s’est passée leur course et ce qu’ils ont prévu pour la suite.

 

Après une saison de compétition pour le moins intéressante cette année, les athlètes On Katie Schide et Germain Grangier, duo dans la vie comme sur les trails, étaient impatients de se lancer sur leur premier ultra officiel de 2020. L’Ultra Trail Côte d’Azur Mercantour, dont le départ a été donné le 3 septembre à 22 h, est une course de 130 km et 8’700 m de dénivelé positif sur la Riviera française, avec un parcours très technique reliant la mer et à la montagne.

 

« Même si le trac d'avant course n'est pas quelque chose que j'attends habituellement avec impatience, avoir la possibilité de courir un ultra en cette année de folie est quelque chose qui vaut la peine d'être savouré. Prête à vivre tous ces hauts et ces bas et à voir ce que ce corps peut faire à @utcamcotedazur ! Des amis sur la ligne de départ, des amis le long du parcours, ça va être une vraie fête du Mercantour ! »

– Katie 

 

Malgré le trac et avec tout le reste, ce fut un week-end victorieux pour Germain comme pour Katie. Germain a remporté l’épreuve dans un temps de 17:04:47, et Katie, en 19:54:26, se classe première dans sa catégorie et septième du classement général. 

    

 

Les deux sont revenus sur leur course et leur résultats sur Instagram. « L’ultra le plus technique et le plus difficile que je n’ai jamais couru. La Riviera française, ça ne rigole pas ! », écrit Katie, alors que Germain a déclaré que « Une fois de plus, nous avons dû nous mettre dans des états pas possibles. Pourquoi ? Pour nous sentir vivants ! » 

 

Après avoir récemment effectué leur propre périple à travers les Alpes en juillet dernier, ils ont profité de quelques semaines de récupération chez eux, dans les Alpes maritimes. Katie a renoué avec la compétition début août, en prenant la première place du Trail de L’Ubaye (42 km). Mais participer à leur premier ultra de l’année avec une double victoire à l’UTCAM a été un point fort, en particulier avec aussi peu de courses au calendrier. 

   

 

Nous avons pu discuter avec nos deux champions pour découvrir ce qu’ils ont ressenti en retrouvant, enfin, une ligne de départ.

 

On : Cette pause loin de la compétition vous a-t-elle donné encore plus envie ? 

 

Katie : Le fait d’avoir une pause aussi longue loin de la compétition n’a pas changé ma motivation, mais ça nous a définitivement permis d’être sur la ligne de départ sans fatigue des courses précédentes, ce qui m’a aidé à me sentir un peu plus fraîche pour cette si longue journée.

 

Germain : L’envie n’est pas nouvelle, mais après beaucoup d’entraînement cet hiver pour améliorer différents aspects de ma course, je me sentais prêt à tester mes limites et ma forme. Mais oui, la motivation était très présente, ce qui est toujours bon avant un ultra.

 

Racontez-nous la course, comment s’est-elle passée ? Comment vous sentiez-vous ? Des moments particuliers où vous vous êtes sentis particulièrement bien, ou pas si bien que ça ? 

 

K : La course a commencé à 22 h, nous avons donc couru avec des lampes frontales pendant les premières 8 h 30 jusqu’au lever du soleil. Je me suis sentie relativement bien pendant la nuit et je me suis juste concentrée pour maintenir un effort constant, mais mesuré, puisqu’il restait beaucoup de chemin devant moi. C’était aussi la nuit après la pleine lune. Il faisait donc étonnamment clair à certains endroits hors de la forêt. À un moment donné, j’ai regardé en direction du sommet de la petite montée devant moi et j’ai cru qu’il y avait un grand bâtiment avec des lumières, mais c’était seulement la lune, c’était vraiment une nuit spéciale. 

 

Quand j’ai atteint les 60 km, j’ai appris que j’avais une assez bonne avance sur les autres femmes, j’ai donc pu prendre plus de temps que d’habitude aux ravitaillements pour manger et changer mes vêtements mouillés. Un autre bon moment, c’était vers 85 km quand j’ai appris que Germain avait pris une bonne avance après avoir couru avec des coureurs espagnols vraiment forts toute la nuit ! 

 

Cette course est la plus difficile et la plus technique que j’ai jamais courue, et une des portions les plus dures se trouve dans les 14 derniers kilomètres, avec une énorme descente complètement hors du sentier. 

     

G : Oui, bien sûr, il y a toujours beaucoup de hauts et de bas. La course était très serrée pendant les premiers 70 km et j’ai couru devant avec deux coureurs espagnols. Ensuite le parcours était plus raide et j’ai pu prendre la tête. Les deux dernières heures ont été très dures mentalement. J’avais beaucoup d’amis qui m’encourageaient le long du parcours, ça m’a bien aidé.

 

Comment votre corps a-t-il géré la reprise de la compétition ? 

 

K : Je pense que cette très longue pause m’a permis de ne pas avoir de fatigue accumulée des courses précédentes, mais par contre je n’étais pas aussi préparée pour l’épuisement mental et physique qui t’attend toujours dans la deuxième moitié d’une course ultra.

 

G : Franchement, avec le manque de courses, nous avons pu faire plus de volume à l’entraînement, mais étions moins préparés au rythme de course. Nos corps étaient prêts à supporter de longues distances, mais pas tellement à l’intensité, aux tactiques et à la mentalité de la course. C’était bien de se remettre dans l’esprit de la compétition. Ma tête n’était pas influencée par une saison entière de courses, ça m’a donc paru plus facile de trouver l’énergie et la force mentale dans les moments difficiles.

 

Quand vous participez tous les deux à une course, est-ce que vous vous mesurez l’un à l’autre pour voir qui peut avoir le meilleur résultat ? 

 

K : Non, nous sommes une équipe et nous sommes toujours le plus grand supporter de l’autre. 

 

G : Être deux est un vrai avantage en fait, nous avons plus de chance d’avoir de bons résultats. Et quand nous gagnons tous les deux, c’est vraiment cool.

 

Quel est le projet suivant ? 

 

K : Nous attendons encore de savoir ce qui va se passer avec quelques autres courses cet automne, mais en attendant nous nous reposons et nous profitons de rester vautrés dans le canapé pour quelques jours.

 

G : Nous continuerons de nous entraîner dans les montagnes à la maison, elles sont actuellement plus fiables que les courses.

       

 

Commande le même équipement que Katie et Germain. 

 

Germain a choisi le Performance-T et le Race Shorts.       

Le Performance-T
Le T-shirt de course léger et respirant qui évacue l’humidité et sèche rapidement. Conçu pour les entraînements et les courses rapides.
Commande le T-shirt
Le Race Shorts
Le design étudié du Race Shorts est aussi minimaliste que possible tout en délivrant une performance maximale. Ultraléger et respirant, ce short s’occupe de tous les détails pour que tu puisses te concentrer sur ta course.
Voir le short

 

Alors que Katie portait le même haut de performance en Ice | White, elle a choisi le Running Shorts pour compléter le look.       

Le Running Shorts
Doté des éléments essentiels dont tu as besoin et rien d’autre, ce short est là pour rendre ta course plus facile, tout simplement.
Voir les détails

 

Pour suivre la progression de Katie et Germain et de tous les athlètes de l’équipe On, suis on_running sur les réseaux sociaux et inscris-toi ci-dessous pour recevoir la newsletter On.

Inscrivez-vous à la newsletter On pour rester au courant de toutes nos nouveautés, offres spéciales et conseils d'entraînement.