Retour à la grille

Une alimentation d'athlète : Josh Amberger

T’es-tu déjà demandé ce que mangent les athlètes de haut niveau ? Voici la réponse. Josh Amberger est là pour t’aider à cuisiner des repas simples, rapides, savoureux et aux qualités nutritionnelles multiples. Il se met à table pour nous dévoiler ce qu’il mange au quotidien. Attention, spoiler : le fromage, la bière et les desserts sont tous au menu.

 

La pandémie actuelle nous empêche d’inviter nos athlètes à manger autant que nous l’aimerions. Histoire de se rattraper un peu, nous avons eu l’idée d’envoyer une caméra Go Pro au triathlète australien Josh Amberger et de lui demander de nous cuisiner un plat à la place. Son choix ? Des tartines de pain grillé aux haricots. 

 

Selon ses propres mots, c’est un plat simple, nutritionnel et délicieux. Et comme nous le prouve Josh, tu n’auras pas besoin d’y passer la journée entière. 

 

Regarde la vidéo ci-dessus et découvre la recette complète et l’approche unique de Josh en matière d’alimentation dans l'article qui suit. Tu verras que ce n’est pas parce que Josh et sa fiancée Ashleigh Gentle sont tous deux athlètes d’élite, qu’ils mangent des protéines maigres et des glucides simples toute la journée. Loin de là. 

 

Josh Amberger
Avec plus de dix titres Ironman à son actif, Josh connait bien certaines des compétitions les plus difficiles au monde. Il connait également bien sa cuisine.
En savoir plus sur Josh

 

Salut Josh, comment résumerais-tu ton approche de l’alimentation ? 

« Notre approche est assez basique. On s’assure avant tout d’avoir une disponibilité énergétique. Cela signifie manger beaucoup de glucides qui nous garantissent la réplétion glycogénique après l’entraînement, des protéines et des matières grasses pour récupérer et refaire le plein. Nous mangeons beaucoup, sans être dans l’excès mais suffisamment pour recharger les batteries. Nous faisons attention d’être assez rigoureux sur les heures des repas, plus que sur ce que nous mangeons. » 

 

« Par exemple, faire le plein avant l’entraînement est essentiel, tout autant qu’après. À part ça, nous ne planifions en général pas trop les repas à l’avance, et nous nous trouvons parfois même à réaliser que « mince, il faut aller faire les courses ». Je pense que nous pourrions planifier un peu plus pour éviter de nous retrouver sans rien. » 

    

 

Donc tu ne passes pas beaucoup de temps à prévoir tes repas ?

Non, l’alimentation n’occupe pas une part importante de mon quotidien. Je pense la vidéo illustre bien que j’aime explorer les groupes d’aliments, et j’ai mes préférés dans chacun d’entre eux, mais ce n’est pas quelque chose qui nous limite réellement. C’est une chose à laquelle nous faisons attention, mais qui ne nous restreint jamais. 

 

Pour moi, la nourriture doit te permettre de te sentir bien à l’entraînement et quand tu récupères. Plus tu récupères bien, meilleure est ta performance.

  

Nous essayons d’apprécier la vie.

    

 

Quels sont tes aliments préférés ? 

Au petit déjeuner, je mange en général du muesli ou des pancakes maison : il suffit de mixer de l’avoine et d’y ajouter une banane. Les tartines figurent toujours en haut du menu : qu’elles soient au beurre, au beurre de cacahuète ou à la confiture, elles sont toujours un excellent choix. 

 

Je mange beaucoup de fruits et c’est souvent vers eux que je me tourne en journée quand je veux prendre un encas. Mon préféré en ce moment est la papaye rouge. Mais j’aime aussi les abricots, nectarines et agrumes en hiver. J’aime particulièrement les fruits frais de saison. 

 

J’aime les fromages qui reniflent aussi, et les fromages bleus. Avec un ami, on aime aller au delicatessen et acheter des trucs français pour voir ce qui nous plaît. 

 

Pour le dîner, nous aimons préparer des trucs à cuisson lente. Nous préparons par exemple des filets de porc ou de la poitrine de bœuf qu’on mettra ensuite dans des burritos. C’est une excellente option car tu as des légumes, de la viande et de bons glucides également. Tous les groupes d’aliments y figurent et c’est très savoureux. En général, nous préparons aussi toujours de la salade. Ça peut être des légumes-feuilles du jardin, comme par exemple du chou kale ou de la laitue romaine, ou de la salade composée avec de la vinaigrette. 

 

Y a-t-il des aliments que tu ne manges pas ? 

Honnêtement, j’aime manger à peu près tout. Le seul truc qui ne m’emballe pas, c’est le céleri. 

   

 

Est-ce que tu comptes tes calories ? 

Non, je ne pense pas l’avoir déjà fait. Je pense que les athlètes de tous niveaux développent un sens qui leur permet de savoir s’ils mangent trop ou pas assez. 

 

Si tu pars courir ou faire du vélo pendant plus de temps, alors bien évidemment tu auras besoin de prendre de l’énergie avec toi : pour moi, les gels ou bananes font l’affaire. Tu dois toujours recharger ton corps mais tu apprendras assez vite et à tes dépens si tu ne consommes pas assez d’énergie : soit en faisant une fringale (tu atteins un point où tu ne peux plus continuer l’exercice car tu n’as plus d’énergie), soit en te blessant. 

   

Tout est une question d’équilibre. Compter les calories ne m’intéresse pas.

 

As-tu déjà essayé le jeûne intermittent ? 

C’est selon moi quelque chose qui n’est jamais réellement adapté au sport. Je ne pense pas que ce soit judicieux car ça restreint la consommation de calories, et t’empêche donc de faire ce que tu veux. C’est en tout cas quelque chose que nous n’avons jamais eu envie d’essayer. C’est contraire à la disponibilité énergétique que nous rechercheons. 

  

 

Prends-tu des compléments alimentaires ? 

Avec ma fiancée, nous avons un sponsor qui s’appelle Athletic Greens. Il s’agit d’une poudre verte très agréable au goût qui contient un ensemble d’ingrédients et que tu consommes en boisson. C’est le seul complément que nous utilisons et à part ça, nous ne prenons pas vraiment grand-chose d’autre. Les électrolytes sont probablement la seule autre chose. Ou peut-être le café : j’appellerais ça un complément. 

 

Est-ce que tu cuisines beaucoup à la maison ? 

Parfois… Pour le petit déjeuner et le déjeuner, je dois en général me débrouiller seul. Puis c’est ma fiancée qui gère le dîner la plupart du temps. Mais cuisiner tous les soirs n’est vraiment pas ce qu’elle préfère. Alors je me propose de temps en temps. Nous avons plusieurs fois parlé du fait que je devrais cuisiner plus souvent. Normalement quand je cuisine, l’ambiance est bonne. Et je n’ai pas besoin de faire quelque chose d’incroyable. Nous nous contentons de choses assez basiques, du moment que c’est sain, le goût n’a pas trop d’importance.

      

 

Peux-tu manger des desserts ? 

Oui. J’ai essayé plusieurs fois avant la compétition de supprimer les desserts mais ça ne fonctionne pas pour moi. Même si parfois je me fais trop plaisir et ne me sens pas bien après. Nous avons l’habitude de manger sainement, parce que c’est ce que nous aimons.

 

Nous sommes des athlètes pro mais finalement, nous faisons ce que nous voulons. Si nous nous imposions des limites en termes de vie sociale et de régimes alimentaires, ce ne serait pas vraiment marrant. 

 

T’autorises-tu des « cheat days » ? 

Je ne sais pas ce que c’est. J’ai sûrement des moments de relâche tous les jours. Avant le dîner (environ une heure avant), je mange des bonbons au lait. Nous avons beaucoup de bonbons sympa ici en Australie que personne ne connait. Ils sont délicieux. 

 

 

Et pour ce qu'il en est de l’alcool ? 

La plupart des soirs, je prends une bière ou deux. Je pense que c’est essentiel mon équilibre. Et j’aime le goût. 

 

Si je n’aimais pas, je n’en boirais pas. Bien évidemment, je ne prends pas une bière directement après l’entraînement. Je fais toujours attention à l’heure pour que ça ait le moins d’effet possible sur mon taux d’alcool dans le sang. Et parfois je n’en ai pas envie, donc je n’en bois pas. Mais souvent avant le dîner, je tourne autour du frigo à la recherche d’une bière. 

 

Pendant le confinement, j’ai commencé à préparer mon propre kombucha. Je pense que beaucoup de gens l’ont fait, j’adore explorer des choses que je ne connais pas du tout. Je suis plutôt convaincu que le mien est bon. 

 

Comment s’est passé le tournage de la vidéo ? 

C’était marrant. J’aime m’exprimer d’une certaine manière et je n’avais encore jamais fait ça sur une vidéo de cuisine. Et puis il semble qu’à chaque fois que vous postez de la nourriture sur On, les gens s’y intéressent et s’y identifient. Ce sera intéressant de s’impliquer de cette façon avec les gens. 

 

Sans parler du fait que je suis heureux de montrer à tout le monde à quel point il est facile de préparer quelque chose de bon, en peu de temps. Quand j’ai cuisiné pour cette vidéo, j’étais pressé car j’avais rendez-vous pour un massage et j’ai réussi à rentrer dans les temps. Tu n’as donc vraiment pas besoin de passer des heures en cuisine pour préparer quelque chose de bon au goût et pour la santé. 

  

 

La recette de Josh 

- 1 boîte de haricots blancs. 

- 1 boîte de tomates pelées entières 

- 1 bouquet de champignons shimeji (vraiment autant que tu veux)

- 2 tranches de pain (Josh a utilisé du pain au levain mais tu peux bien évidemment choisir ce que tu veux) 

- 1 cuillère à café de paprika (ou plus, si tu aimes manger épicé)

- 1 poignée de feuilles de basilic

- 1 pincée de sel  

- 1 filet d’huile d’olive

 

Marche à suivre

1. Verse l’huile d’olive dans ta poêle et mets-la à chauffer doucement (à feu moyen c’est parfait)

2. Mets les haricots dans la poêle et fais-les revenir pendant 1 à 2 minutes 

3. Ajoute les champignons et laisse cuire le tout pendant encore 1 à 2 minutes avant de saupoudrer de paprika 

4. Verse une moitié de conserve de tomates pelées entières et sépare-les minutieusement en morceaux 

5. Laisse la poêle chauffer à feu moyen pendant encore quelques minutes (2-3)

6. Fais griller le pain et tartine-le avec du beurre (étape facultative, bien évidemment)

7. Étale le mélange sur le pain et ajoute autant de basilic et de sel que tu le souhaites 

8. Bon appétit

   

Inscris-toi à la newsletter On pour rester au courant de toutes nos nouveautés, offres spéciales et conseils d'entraînement.