Retour à la grille

Tim Don de retour en haut du podium

Seulement huit mois après sa fracture du cou, l’athlète On Tim Don poursuit son retour extraordinaire avec une victoire à l’Ironman 70.3 au Costa Rica.

La course qui s’est tenue dimanche (24 juin 2018) au Costa Rica marquait le retour de Tim dans une compétition de triathlon après sa fracture du cou survenue suite à une collision avec un camion lors de sa dernière session de vélo avant le Championnat d’Ironman de Kona, Hawaï en octobre dernier.
 

Avant cela, Tim était retourné à la course lors du marathon de Boston en avril dernier. Depuis lors, il suit un entraînement intensif pour revenir au sommet du triathlon de haut niveau, dont l’une des grandes étapes est indéniablement sa victoire au Costa Rica. 
 

Dans le peloton de tête pendant toute la course, Tim a accéléré pendant la deuxième transition, et a terminé l’étape de cyclisme avec une minute d’avance sur le reste des concurrents. Malgré une chasse effrénée de l’Australien Ryan Fisher, il n’est jamais parvenu à rattraper Tim. Son arrivée à 3:49:59 a été un moment très émouvant. Nous sommes allés à la rencontre de Tim après sa victoire :
 

Tim, félicitations pour ta victoire au Costa Rica ! Qu’as-tu ressenti en franchissant la ligne d’arrivée ?

« Franchir la ligne d’arrivée a été un vrai soulagement. Honnêtement, c’était un peu irréel, les 200 derniers mètres étaient comme un rêve. Beaucoup d’émotions me passaient par la tête, la colère d’avoir été renversé par la voiture, la joie pure, la tristesse que ma famille ne puisse pas être là. J’étais également un peu confus par rapport à ce qui venait de se passer. J’étais dans tous mes états, mais heureux et reconnaissant de pouvoir recommencer à courir, et d’y arriver plutôt bien. »

 

Comment s’est déroulé l’entraînement avant la course ? Quelle a été ta stratégie ?

« J’ai simplement essayé d’être constant dans les trois disciplines et d’écouter mes entraîneurs et mon corps. J’essaye de ne pas trop stresser lorsque mon cou et mes épaules se crispent et que j’ai besoin de plus de physio. Participer à une course est la meilleure manière de tester sa performance ; j’analyse mes résultats et part de là. » 

 

Reprendre le triathlon est déjà une très belle réussite. Quels étaient tes sentiments sur la ligne de départ de la course ?

« J’étais très nerveux. Je pensais seulement à terminer la nage, ainsi que les 20 premiers kilomètres de vélo, pour pouvoir jauger mon état physique et voir si mon cou allait supporter l’effort. Au fur et à mesure de la course, je me sentais plus en confiance, pas forcément par rapport à la victoire, mais par rapport à mon corps et à ma performance.Au fur et à mesure de la course, je sentais plus en confiance, pas forcément par rapport à la victoire, mais plus par rapport à mon corps et à ma performance. »  
 

À quoi pensais-tu lorsque tu as pris la tête de la course à pied ?                                                                                                  

« Mon objectif était de nager dans le peloton de tête et de tout donner en vélo pour arriver à l’avant du peloton. Ensuite, il s’agissait d’observer mes concurrents et de garder mon énergie, car il faisait très chaud et très humide. Je sais que Santiago (Ascenco) est un très bon athlète et que Ryan (Fisher) est excellent en triathlon. Le vélo n’était pas trop dur et je me suis senti de mieux en mieux, alors j’ai décidé de pousser pendant les 10 derniers kilomètres et l’écart s’est creusé. Puis pendant la course, j’ai pu courir à mon rythme et boire beaucoup aux stands. L’eau était essentielle avec cette humidité, et m’a permis de conserver une température basse. »

 

Tu sembles avoir récupéré le top de ta forme, mais te reste-t-il des défis physiques sur lesquels travailler suite à la blessure ? 

« Oui, tous les jours je dois prendre soin de mon cou et du haut de mon corps. Pour l’instant, je ne peux respirer que sur la droite quand je nage et j’ai beaucoup de douleurs au cou lorsque je dors. Il y a toujours quelque chose, et en plus de cela je dois gérer les petits problèmes habituels liés à la course. »

 

Au cours des huit derniers mois, tu as franchi de nombreuses étapes sur la route qui te rapproche de Kona.  Quelle est la prochaine ? 

« Reprendre l’entraînement dès que possible et me préparer pour l’Ironman. Si je veux aller à Kona, je dois m’entraîner dans les prochaines 4 à 6 semaines, il y a donc beaucoup de travail à venir. Mais j’ai hâte d’y être ! »

 

Suite à son accident, Tim avait dû passer trois mois avec un cadre métallique stabilisateur vissé au crâne.  Son retour au sport après cet accident a été immortalisé dans le court métrage The Man with the Halo du réalisateur primé aux Emmy Awards Andrew Hinton. Regarde la vidéo en entier ici.

Tim Don porte la Cloudflow
Une performance en toute légèreté pour les grands moments de course.
Découvrir