Retour à la grille

Nicola Spirig | Athlète olympique suisse

À la veille de ses cinquièmes Jeux olympiques, On a rencontré la médaillée d'or du triathlon.

 

Quand as-tu commencé à rêver de participer aux Jeux olympiques ?

J’ai commencé le sport très tôt, puis j’ai découvert les triathlons. J’ai toujours aimé être active, et j’ai trouvé les Jeux olympiques passionnants dès mon plus jeune âge.

 

Et quand/comment ce rêve est-il devenu un objectif clair ?

Je participerai à mes cinquièmes Jeux olympiques dans quelques semaines. Ça paraît fou. Et chaque occasion a été un peu différente. Les triathlons ne font partie du programme olympique que depuis Sydney en 2000. J’étais une athlète junior à l’époque, mais déjà assez près du niveau de la troisième triathlète qui a voyagé à Sydney pour représenter la Suisse aux Jeux olympiques. C’est à ce moment-là que le rêve olympique de concourir aux Jeux d’Athènes quatre ans plus tard est devenu un objectif réaliste. Et j’ai réussi : j’ai participé au triathlon olympique pour la première fois en 2004.

 

Qu’est-ce que cela symbolise pour toi de représenter ton pays aux Jeux olympiques ? Est-ce que cela rajoute de la pression ? Est-ce que cela te pousse ?

Pour moi, concourir pour la Suisse est un grand honneur. Bien sûr, je peux ressentir beaucoup de pression et d’attentes quand je représente mon pays au plus haut niveau, les Jeux olympiques. Mais, c’est aussi un très grand privilège, et je suis donc extrêmement motivée et très fière de concourir pour la Suisse.

 

 

Quel a été l’effet de la pandémie, et du report des Jeux, sur toi et tes préparations ? 

 

C’était difficile. Tout d’un coup, toutes les piscines étaient fermées, mais nous devions quand même nous préparer pour Tokyo. La décision de retarder les Jeux olympiques d’un an a simplifié les choses. Nous avons vraiment appris à être plus souples pendant la pandémie.

 

Quel est le plus gros sacrifice que tu dois faire pour le sport en tant qu’athlète professionnelle ?

 

Pour moi,  vivre ma passion, le sport, comme une carrière est un immense privilège. Ce n’est pas toujours facile de tout concilier. Mais je vais participer à mes cinquièmes Jeux olympiques en tant que mère de trois enfants grâce au soutien extraordinaire de mon mari, de ma famille et de toutes les autres personnes qui m’entourent. Je n’aurais jamais osé en rêver. Le sport a toujours représenté plus de bienfaits que de sacrifices, et j’ai quand même pu vivre mes rêves de faire des études et d’avoir aussi une famille.

 

À quoi ressemble une journée normale de la vie ?

 

Nous nous entraînons intensément, trois fois par jour. Natation le matin, puis une autre séance avant le déjeuner et la troisième séance d’entraînement dans l’après-midi. Il y a toujours beaucoup de choses à organiser entre. Plus tard, nous avons des réunions avec des sponsors et les médias ou d’autres obligations et activités. Mais je fais toujours en sorte de voir mes enfants avant la première séance d’entraînement, puis de jouer avec eux après l’entraînement et de dîner avec eux et les mettre au lit à partir de 18 heures. 

 

Qu’est-ce que cela représente pour toi de te tenir sur le podium à Tokyo et d’écouter l’hymne national ? Est-ce que tu rêves de ce moment ?

Je suis montée sur le podium à Londres et j’ai écouté l’hymne national. Un moment incroyable, plein de fierté, de soulagement et de gratitude. Je veux faire de mon mieux le 27 juillet, même si ça ne finit pas avec l’hymne national.

 

 

Comment te motives-tu à t’entraîner et à repousser tes limites tous les jours ? Y a-t-il des jours où tu es moins motivée ?

 

Bien sûr qu’il y en a. Mais je vis mon rêve et je retire une joie incroyable de ce que je fais. Un objectif aussi ambitieux que les Jeux olympiques est aussi extrêmement motivant et c’est une très bonne raison de repousser tes limites tous les jours.

 

Tu participes aux Jeux olympiques pour la cinquième fois. La première fois était-elle différente des autres fois où tu as participé ?

 

Elles ont toutes été différentes. De ma première participation en 2004 à Beijing en 2008, où j’avais plus d’expérience. En 2012, je voulais vraiment une médaille d’or. En 2016, j’étais à Rio avec mon premier enfant et j’ai gagné une médaille d’argent.

 

À Athènes, j’ai fait l’expérience de l’esprit olympique pour la première fois, et j’ai adoré visiter d’autres événements sportifs et rencontrer d’autres athlètes après ma course.

 

Peux-tu tirer parti de tes expériences aux Jeux précédents ou tous les Jeux olympiques sont-ils nouveaux et différents ?

 

C’est toujours différent, tu dois toujours t’habituer à une nouvelle situation. Mais, c’est vraiment un avantage d’avoir déjà ressenti la pression et les attentes des Jeux olympiques et de savoir comment les gérer. Ces expériences m’aident sans aucun doute.

 

As-tu de nouveaux objectifs pour après Tokyo ?

 

Nous mettons en place notre programme pour les enfants, et je participerai au projet « Sub8 » au printemps 2022. Avec ce projet, je voudrais terminer l’Ironman en moins de 8 heures, et motiver d’autres personnes à suivre leurs propres rêves et objectifs. Ça sera sans aucun doute difficile et passionnant.

 

 

Qu’est-ce que ça fait d’être un modèle et une source d’inspiration pour les autres ? As-tu des modèles ?

 

C’est très touchant de voir que je peux inspirer ou motiver quelqu’un à suivre ses propres rêves. Par-dessus tout, j’aime rencontrer des enfants et j’essaie de leur dire à quel point le sport est important. C’est pour ça que j’ai fondé un programme de triathlon pour les enfants en 2014. Nous sommes encore en train de le mettre en place, et nous rencontrons aussi des enfants dans les écoles par l’intermédiaire de notre fondation.

 

Que représentent tes fans et leur soutien pour toi ? Est-ce qu’ils te manqueront à Tokyo ?

 

Nous avions prévu d’aller à Tokyo avec de la famille et des amis. Bien sûr, je suis triste de ne pas les avoir. Leur soutien est tellement important pour moi. Mais, je ne peux pas changer la situation alors j’essaie d’en tirer le meilleur parti.

 

Comment gères-tu d’être sous le feu des projecteurs lors d’événements majeurs comme les Jeux olympiques ? Et quand ça s’arrête ?

 

Tout ça en fait partie. J’ai appris à le gérer et à ne pas perdre ma concentration, à profiter du feu des projecteurs dans les situations agréables, mais toute cette attention ne me manque pas quand elle disparaît.

Inscris-toi à la newsletter On pour rester au courant de toutes nos nouveautés, offres spéciales et conseils d'entraînement.