Retour à la grille

Adopter la tradition Navajo et courir pour guérir

« Selon la philosophie Navajo, on court pour célébrer la vie », déclare le directeur de course Shaun Martin dans la pénombre qui précède l’aube. Dans la campagne profonde aux roches rouges de l’Arizona débute le Canyon de Chelly Ultra.

Cette course est l’unique ultra-marathon appartenant et géré par les Navajos et elle entraîne les coureurs sur 55 kilomètres de terres sacrées abritant des pics rocheux de grès rouge. 

 

« Enfants, on nous apprend à nous réveiller et courir, courir vers l’Est, où s’éveille et se manifeste le saint créateur à la lueur d’un nouveau jour » explique Sean.

 

« En grandissant, nous comprenons quels sont les bénéfices de la course et nous les utilisons pour être plus efficaces, quelles que soient les initiatives. »

 

Balance (ci-dessus) est un court-métrage sur l’essence des terres publiques d’Amérique et leur capacité à nous réunir grâce à leur pouvoir de guérison. Il raconte l’histoire de Liz Townley, garde forestière au Service des forêts qui est entrée dans cette profession par amour pour les terres publiques comme celles-ci et tout ce qui les compose, tout ce qu’elles offrent, et leur rôle central dans la vie des petites villes.

 

 

Mais le travail de Liz est devenu une source de stress en raison des personnes se disputant ces terres avec de plus en plus de division. Elle se souciait tellement du paysage et des peuples impliqués qu’elle travaillait à un rythme affolant. Elle n’avait même plus le temps de sortir de cet endroit où elle travaillait si dur.

 

Au même moment, sa famille a vécu une perte traumatisante, celle de son neveu décédé dans un accident. Elle a été anéantie par cette perte, noyée dans le deuil.

 

Mère de deux enfants, elle s’est rendue compte qu’elle voulait montrer à ses enfants qu’il existe un moyen de surmonter les épreuves de la vie, et que le caractère se construit selon notre manière de réagir aux moments difficiles.

 

Ainsi, elle a commencé à courir dans ces paysages qu’elle aimait tellement, embrassant le pouvoir de guérison qu’offre la course selon la tradition Navajo.

 

 

« On ne célèbre pas seulement le positif et les bénédictions. On célèbre les évènements négatifs qui ont affecté nos vies car ce sont ces évènements qui nous permettent de nous adapter, qui nous rendent plus fort, qui nous permettent d’apprendre et de grandir » déclare Sean Martin. « Nous courons dans la lutte et la douleur pour que cela fasse de nous une personne meilleure. »

 

« La course est un remède. Elle peut guérir. C’est un aspect de la course qui est difficile à expliquer si vous ne l’avez pas vous-même vécu. »

 

La course a permis à Liz de se rappeler que nos forêts et collines et courants, ces lieux que nous nous disputons tant, sont en réalité les lieux que nous nous partageons pour leur beauté, leur paix et leur pouvoir de guérison. Pour Liz, c’est dans les détails, les petites choses, que réside la beauté : dans la lumière du matin qui traverse les feuilles. Mais également dans les grandes choses : les montagnes spectaculaires qui capturent et retiennent notre regard.

 

Son parcours dans la course a abouti au Canyon de Chelly Ultra, alors que le soleil se levait pour chasser l’obscurité de ce paysage sacré.

 

 

Tu veux en savoir plus ? Écoute « Ya’a’tey », l’épisode sur le Canyon de Chelly du podcast outLANDish de Tes Forêts Ton Futur pour écouter Liz raconter l’histoire de son point de rupture et de son processus de guérison, et pour découvrir la philosophie Navajo sur la course et son pouvoir de guérison racontée par l’organisateur du Canyon de Chelly Ultra Shaun Martin.

 

Découvre la Cloudventure
La chaussure de trail conçue pour explorer les paysages les plus sauvages.
Voir la chaussure

Inspirez-vous davantage pour vous surpasser dans votre course. Abonnez-vous à la Newsletter On.