Retour à la grille

Aperçu de l’UTMB

3 pays. 7 courses. 100 nationalités. 10 000 coureurs. Ca ne peut être que l’UTMB®. Nous donnons un aperçu du plus grand évènement de trail au monde et discutons avec les athlètes On en quête de gloire.

 

Meltingpot des meilleurs coureurs de trail au monde, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc® est largement considéré comme l’évènement de trail le plus important et le plus exigeant au monde.

Chaque année, des dizaines de milliers d’enthousiastes de tous horizons descendent à Chamonix en France pour participer aux festivités.

Et 2019 ne fait pas exception. Avec un record de 25 678 demandes de participation à l’évènement cette année – une hausse de 3 978 par rapport à l’année dernière. 

« C’est un incontournable si tu aimes le trail » déclare l’athlète On David Hauss, ancien athlète olympique et champion européen de triathlon, qui revient concourir à la CCC après une belle performance sur le même évènement l’année dernière, finissant 14ème.

« L’ambiance avant la course est électrique. Et le dimanche après-midi, quand tu attends les derniers coureurs, il règne une atmosphère totalement folle dans les ruelles pittoresques. »

 

« L’UTMB® reste l’ultra-marathon en montagne le plus compétitif au monde et tire le meilleur du sport » confirme l’athlète On Katie Schide, qui a pris la première place au 90 km Marathon du Mont-Blanc et Maxi Race cette année.

« Il s’agit réellement d’un festival international de trail et d’ultra-marathon. »

Katie participera à l’UTMB® pour la première fois cette année. Tout comme son partenaire Germain Grangier, qui est également un athlète On et le gagnant de la 6000D 2019 et de la Maxi Race 116km.

« C’est l’unique ultra-marathon où tout le monde est au meilleur de sa forme pour avoir de bons résultats » déclare Germain.

« Personne ne vient à Chamonix pour se préparer à une autre course. »

 

 

La course principale, appelée l’UTMB®, inclue des étapes en France, en Italie et en Suisse sur un parcours entourant le Mont Blanc. Elle fait environ 171 km de long avec un dénivelé de plus de 10 000 mètres.

Certains des meilleurs coureurs parviennent à la finir en seulement plus de 20 heures. La plupart prennent 32 à 46 heures – et passent deux nuits consécutives à courir. Il s’agit aussi bien de tester sa bravoure que sa forme physique.  

Si ça ne semble pas encore assez difficile, le fait que 42% des coureurs n’ont pas réussi à terminer la course en 2016 te donnera peut-être une indication plus claire de son exigence.

La seconde plus grande course, la CCC, a d’abord été appelée la « petite sœur de l’UTMB » mais s’est détachée de l’ombre massive de l’évènement principal pour devenir à juste titre l’une des courses de trail les plus prestigieuses au monde.

Couvrant 101 km et escaladant 6 100 mètres sur certains des terrains les plus traîtres au monde – elle n’est certainement pas destinée aux âmes sensibles.

Il existe officiellement sept courses : l’UTMB® (Ultra-Trail du Mont-Blanc), la CCC (Courmayeur - Champex - Chamonix), la TDS (Sur les Traces des Ducs de Savoie), l’OCC (Orsières - Champex – Chamonix), la PTL (La Petite Trotte à Léon – non compétitive), la MCC (De Martigny-Combe à Chamonix), et la YCC (Youth Chamonix Courmayeur – épreuve junior). Mais celles que nous avons détaillées ci-dessous sont considérées comme les plus importantes.

 

De la route au trail en 4 semaines
Le guide de transition vers le trail créé en collaboration avec des athlètes d’élite. Entraîne-toi où que tu sois, sois prêt à affronter la montagne en seulement quatre semaines.
Découvrir

 

Comme ci-dessus, trois athlètes On participeront à l’UTMB® cette année ; Katie Schide, Germain Grangier (tous les deux à l’UTMB) et David Hauss (CCC). Nous les avons rencontrés pour un petit questions-réponses avant la course.

Salut les gars, comment vous sentez-vous avant la course ? Quels sont vos objectifs ? 

David : Je sens l’excitation monter ! L’entraînement est fini, l’affûtage commence ! Je participerai à nouveau à la CCC cette année, et 100km, c’est un long chemin. Il est temps maintenant de se reposer mentalement pour pouvoir pousser physiquement.

Germain : Je me sens bien. Mon objectif est toujours de courir aussi vite que possible !

Katie : Je suis à la fois excitée et un peu stressée d’essayer cette nouvelle distance. Je ne suis pas sûre qu’on puisse réellement se préparer à un si long effort, mais passer de longues journées dehors dans le Mercantour avec Germain est ce que j’aime le plus et je pense que profiter des trails et montagnes est un aspect important de la compétition. Mon objectif est de finir à Chamonix avec le sentiment d’avoir donné le meilleur de moi-même ce jour-là (je pense que ce sera en réalité plus qu’un jour !).

 

The Cloudventure
Trail running shoes typically focus on getting you to the top. But what then? With the Missiongrip™, the Cloudventure provides the tech and traction to propel you to the summit, and the cushioning to let you own the downhill.
See details

 

Katie et Germain, vous vous en êtes tous les deux remarquablement bien sortis l’année dernière à la CCC. Qu’est-ce qui vous a décidé à courir l’UTMB® cette année ? 

Germain : J’ai couru l’OCC en 2015 (j’ai fini 3ème après 54km) puis la CCC en 2018 (5ème - 101km). Je pense qu’il est temps de se lancer sur la grande boucle du Mont Blanc. J’ai hâte.

Katie : L’UTMB® est un nouveau défi pour nous ! La CCC est une course très sympathique, mais j’ai hâte de faire la boucle complète du Mont Blanc cette année. Ca aura plus de classe sur Strava. 

 

David, comment t’entraînes-tu pour une course si éreintante ? 

Je me suis entraîné en altitude tout le mois dernier. Durant ma carrière de triathlon, j’adorais m’entraîner à haute altitude - dans des lieux tels que Font-Romeu, Davos, St Moritz, la Nouvelle-Zélande ou les États-Unis. J’aime être dans la nature, respirer de l’air pur et m’entraîner dur !

J’ai parcouru beaucoup plus que l’année dernière, environ 300/400km par semaine et j’ai accumulé beaucoup de kilomètres de course également. Nous avons aussi des sessions au seuil à 18km/h avant d’aller sur des courses au seuil - mais pas de piste cette fois ! 

 

 

Quel genre d’aliments emporterez-vous sur la course ? 

D : Je n’utilise pas réellement de nourriture spéciale car je peux manger à peu près de tout pendant mes courses - je dois être chanceux ! J’utilise des gels, barres, protéines - des choses pour récupérer. J’aime commencer avec le ventre vide et manger uniquement une banane et un œuf ou un avocat avant la course. Mais une fois que la course débute, je prends rapidement des calories !

G : On emmène de la nourriture maison - des amandes, du riz, des patates... Ca nous prend généralement une demi-journée avant la course pour préparer nos aliments pour la course.

K : Du beurre de cacahuète et des sandwichs à la confiture, des cookies, des patates, des dates/barres aux noix, puis tout ce qui a l’air bon aux postes de secours.

 

Êtes-vous encore stressés à l’approche d’un si gros évènement ? 

D : En général je ne suis pas stressé lorsque je participe à une compétition. C’est plus divertissant pour moi maintenant et j’essaie de simplement profiter autant que possible. En trail en particulier, tu as plus de temps pour rentrer dans la course.

G : Être stressé fait partie du jeu. J’essaie de ne garder que les bonnes ondes et le stress motivant.

K : Bien sûr ! Je rajoute 55km à ma plus longue course. Mais être stressé et embarrassé, c’est ce qui rend la vie plus excitante !

 

 

Qu’est-ce qui représente le plus gros défi ? La distance ou le dénivelé ? 

D : La distance. 100km c’est ÉNORME ! Et tu dois gravir la montagne pour atteindre ton objectif ! C’est comme une vie entière en un jour - avec de bons et mauvais moments. Tout dépend de la façon dont tu gères la situation. Pour être honnête, je me focalise sur le temps plutôt que la distance ; je divise la course en trois ou quatre parties. Je pense que c’est la manière la plus efficace d’avancer.

G : Le défi, ce sont les conditions météo qui peuvent être très froides de nuit et extrêmement chaudes en milieu de journée. Chaque UTMB® est différent. C’est une course pour les jambes et la tête !

K : Le plus gros défi sera de bouger aussi longtemps sans dormir. Peut-être que je pourrai prendre un expresso en Italie ?

 

Inspire-toi davantage pour te surpasser dans ta course. Abonne-toi à la Newsletter On.