Gb Tim Don

Trois fois présent aux Jeux Olympiques. Champion mondial en triathlon et duathlon. Innombrables apparitions sur les podiums de la Coupe mondiale de l’ITU et de l’Ironman. Le britannique Tim Don était déjà une légende avant les championnats sud-américains de l’Ironman 2017 à Florianópolis, Brésil. C’est cette course, le 28 mai de l’année dernière, qui a permis de consolider la place de Tim en tant que réel expert du triathlon. Mais ses plus grands enjeux étaient à ce moment encore à venir.

Tim Don s'adapte

Tout au long de sa carrière, Tim a été considéré comme un athlète d'élite, mais il savait que s'il voulait devenir le meilleur, il devait se pousser plus fort que n'importe lequel de ses concurrents. En décomposant chaque étape de sa course en objectifs et défis plus petits, il a accompli plus qu'il ne l'avait imaginé. Et lorsque les circonstances entravent la réalisation de ces objectifs, Tim sait qu'en adaptant son état d'esprit pour rester concentré et déterminé, il reste au sommet de son art.

 

 

The Man with the Halo: Iron Again

Regarde le nouveau chapitre de l’histoire du retour de l’Ironman Tim Don après sa tragique fracture à la nuque.

L'histoire de Tim

Le 28 mai 2017, Tim Don est devenu le triathlète Ironman le plus rapide de tous les temps. Au mois d’octobre suivant, il s’est envolé pour les Championnats mondiaux Ironman à Kona, Hawaï, en étant parmi les favoris pour la première place du podium. Mais il n’a jamais franchi la ligne de départ de la course. 

 

Quelques jours avant l’évènement, Tim a été percuté par un camion alors qu’il faisait du vélo. Les scanners ont révélé une fracture de la nuque. 

 

Tim a presque immédiatement décidé clairement de remonter la pente. Quel que soit le dénouement final, l’histoire de la guérison de Tim allie bravoure et détermination face à l’adversité. Afin de documenter le parcours de Tim, On s’est associé avec Andrew Hinter, réalisateur récompensé aux Emmy Awards. En résulte le court documentaire d’inspiration, The Man with the Halo (L’homme au halo). 

L’histoire de l’homme au halo

 

Lorsque Tim a franchi la ligne d’arrivée à Florianópolis ce jour-là, son temps total de 7:40:23 n’a pas seulement scellé sa victoire face à ses concurrents. Il a également établi un nouveau record mondial du temps le plus rapide jamais réalisé sur un triathlon Ironman.  Avant Tim, le record pour la distance de l’Ironman (3,8 km de nage, 180 de vélo, 42,2 km de course) était de 7:44:29, réalisé par Lionel Sanders avec 53:45 pour la nage, 4:04:38 pour le vélo et 2:42:21 de marathon. 

 

La performance exceptionnelle de Tim a permis d’établir un nouveau record de 7:40:23, avec 44:16 pour la nage, 4:06:56 pour le vélo et 2:44:46 de marathon.

 

Après avoir quitté le Brésil en détenant le record mondial, Tim s’est tourné vers les championnats mondiaux de l’Ironman 2017 à Kona, Hawaii, en octobre. Clairement au top de sa forme avec du temps devant lui pour s’entraîner, Tim a été déclaré favori par beaucoup pour la victoire de la course culte de l’Ironman, qui lui permettrait d’entrer davantage dans l’histoire du sport. 

 

Six mois plus tard, Tim est arrivé à Hawaii au meilleur de sa forme et prêt à courir. Mais il n’est jamais parvenu à la ligne de départ. 

 

Alors qu’il s’entraînait à vélo pour les dernières préparations, Tim a été percuté par un camion. Un accident grave, suite auquel les scanners ont révélé une fracture de la nuque. Ceci a marqué pour Tim la fin de tout espoir de compétition aux championnats mondiaux, mais fort heureusement pas la fin de Tim. 
 

Quintessence d’un combattant, Tim a rapidement repris ses esprits. Parmi les plusieurs options proposées pour traiter ses blessures, seule une offrait à Tim la chance de pouvoir à nouveau reprendre les compétitions avec les mêmes performances : un halo. 
 

Malgré son nom angélique, le halo ressemble à un instrument de torture. Cette couronne métallique a été fixée directement sur le crâne de Tim et soutenue par ses épaules. Deux jours après l’accident, Tim a pu rentrer chez lui à Boulder dans le Colorado, avec un halo maintenant sa tête en place et annonçant un chemin long et douloureux vers la guérison.
 

Les quatre mois suivants ont mis Tim l’Ironman à rude épreuve : mentale et physique. Le retrait du halo a marqué la fin du premier chapitre de la guérison et le début de sa rééducation. 

La volonté de fer dont a fait preuve Tim depuis sa reprise de conscience après l’accident lui donne maintenant la force de se reconstruire et de retrouver l’étoffe d’un Ironman. Moins d’un an après s’être fracturé la nuque, Tim retrouvait déjà la salle de sport avec de grands objectifs en tête. Le 16 avril dernier, presque six mois jour pour jour après l’accident, Tim a pris place sur la ligne de départ du marathon de Boston. Malgré la pluie battante et les températures proches de zéro, Tim a terminé en 2 heures, 49 minutes et 42 secondes, soit seulement cinq minutes de plus que son record établi à l’Ironman de Florianopolis, Brésil, en mai 2017.

 

 

Le 29 juillet 2018, Tim était de retour sur la ligne de départ d’un Ironman d’élite à Hambourg, en Allemagne. Cette course s’est terminée par une neuvième place qui a marqué un incroyable accomplissement mais qui n’était pas suffisante pour garantir un retour à Kona. Ne se laissant pas abattre, Tim a tenté à nouveau de se qualifier seulement trois semaines plus tard à l’Ironman Danemark à Copenhague. Malheureusement, la course ne s’est pas déroulée comme prévue. Après un fort départ, Tim a été contraint d’arrêter. Alors qu’il commençait tout juste à accepter le fait que les Championnats du monde devraient attendre, il a appris que l’un des qualifiés avait abandonné. Classé juste au-delà des places de qualification, Tim a réussi à gagner sa place. L’Homme au halo retourne à Kona. 

 

Faire son grand retour

Le 13 octobre 2018, Tim s’est posté sur la ligne de départ de Kona, près à affronter le Championnat du Monde de l’Ironman. L’Homme au Halo avait bouclé la boucle, grâce uniquement à la détermination sans borne de Tim face à l’impensable adversité. Avec les champs de lave aussi chauds et impitoyables qu’à l’accoutumée, Tim a broyé la course de Kona en 8h45, terminant 53ème sur une foule de plus de 2000 personnes.  Pour Tim, ce qui importait le plus était de tourner la page. La ligne d’arrivée de Kona était devenue la ligne de départ pour un nouveau chapitre de sa vie. Le monde du triathlon ferait bien de se méfier. Le Patron est de retour. 

 

Exclusif: Question/réponse avec Tim Don. "The Man with the Halo" nous amène en coulisses:  

 

 

Tim's first reactions to the film

After previewing The Man with the Halo for the first time, and just two days after his remarkable return to racing at the Boston Marathon, Tim spoke with On founders David Allemann and Caspar Coppetti. See the full Q&A here:

Retrouve l’interview de Tim réalisée par le Player’s Tribune : 

Faites la connaissance de Tim Don


Comment avez-vous commencé à courir ? Quand j’avais environ six ou sept ans, nous avions à l’école un club de course que j’ai rejoint : j'ai immédiatement adoré.

 

Quel est votre rituel avant une course ? Se détendre, rester calme et planifier les dernières 24 heures avant la course. Cette routine est la même, aussi bien pour les petites courses que pour les gros évènements.

 

À quoi pensez-vous quand vous courez ? 

À plein de choses ! Ma famille. Mon RH. La session que j’ai faite avant. Ma dernière course. Ma prochaine course. Mon esprit peut s’égarer un peu partout.

 

Quel est votre repas avant d’aller à l’entraînement ? Pour moi, de l’avoine avec du lait d’amande environ 90 minutes avant une grosse session de course à pied.

 

Quelle est votre chanson pour courir ? Je n’écoute pas de musique quand je cours à l’extérieur mais sur le tapis de course, c’est Oasis.

 

Qui compose votre « équipe » ? Mon équipe est constituée de ma famille et de mes coachs Matt et Julie, ainsi que de tous mes partenaires d’entraînement.

Quelle est votre passion, en dehors des sports d’endurance ? Ma famille et la plupart des sports : rugby, athlétisme (et un bon verre de vin).

 

 

Qu’est-ce qu’on ne dit jamais sur le boulot d’athlète professionnel ? Lorsque c’est dur, c’est vraiment dur. Lorsque ça devient difficile, les gens disparaissent. C’est à ce moment-là que vous découvrez quelles sont les personnes qui croient vraiment en vous, en tant que personne et qu’athlète. Personne ne vous dit ça.

 

 

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné sur la course ? Quand ça fait mal, pousse encore plus fort.

 

 

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite suivre votre chemin ?

La constance est la clé. Faites ce qui est essentiel et ne vous laissez pas emporter dans la course au titre de professionnel. Restez simple et savourez ce que vous faites chaque jour.

 

 

Pourquoi On ? Les chaussures m’offrent un avantage sur la compétition. Comme mon entraînement est constant, j’ai maintenant une paire de chaussures pour toutes les sessions – de la piste aux compétions, aux courses faciles, aux courses sur sentier.

Article On préféré : le Cloudflow
J’adore mes Cloudflow. Quand je sors d’une session difficile de vélo, il est important que je puisse enfiler une paire de chaussures qui m’assistera et me permettra d’aller vite.
Voir le Cloudflow

Tim Don's top stories