Retour à la grille

Reportage au Half Marathon Des Sables, Pérou

Le semi-marathon des Sables au Pérou n’est pas un évènement ordinaire. Tout d'abord, ce n’est pas un semi-marathon. C’est un ultra-marathon de 120 km. Sur quatre jours. À travers le désert. Récit d’un participant ayant bouclé cette course plus qu'épique.

 

Damien Bettinelli travaille pour le média français Les Others, spécialisé dans l'aventure et l'outdoor. Il n’est donc pas étranger aux terrains difficiles. Aller d’un point A à un point B en traversant des paysages inhospitaliers fait partie de son travail. Mais son dernier défi l’a entraîné vers de nouveaux inconnus : 120 km sur quatre jours dans le désert péruvien pour le Semi-marathon Des Sables.

 

 

La dernière fois, Damien et ses amis ont passé trois jours à mettre la chaussure de trail Cloudventure à l’épreuve sur la partie suisse du célèbre trail Via Alpina

 

 

La prochaine expédition de Damien est un tout nouveau challenge pour la semelle extérieure Missiongrip™ de la chaussure. Lorsqu’il a annoncé à ses collègues qu’il partait dans le désert péruvien pour effectuer un ultra-marathon de quatre jours, ils lui ont annoncé qu'ils espéraient le revoir un jour. Mais Damien ne s'est pas inquiété... 

 

Nous sommes heureux de vous annoncer que Damien est revenu sain et sauf et nous raconte le récit de cette aventure hors-piste épique. Voici le debrief de sa mission. 

 

 

Damien, même pour toi, 120 km dans le désert est une épreuve de taille. Qu’est-ce qui t’a convaincu de te lancer ?

Damien : « Même si cette aventure me semblait être un sacré challenge, la perspective de découvrir des paysages inconnus m’a convaincu. Je n’avais jamais entendu parler du désert d’Ica avant que l’on me parle de la course et je n’étais jamais allé au Pérou. J’ai fait quelques brèves recherches sur Google Maps et j’ai trouvé des photos époustouflantes de dunes dominant l’Océan pacifique. C’était suffisant pour me convaincre. » 

 

 

Est-ce que ta récente mission dans les Alpes suisses t’a permis de te préparer à courir dans des montagnes de sable ? 

« Bien sûr, l’expédition sur la Via Alpina est le meilleur entraînement possible. Si tu arrives à t’en sortir dans les montagnes suisses, rien ne peut plus t'arrêter. Courir dans le sable est très exigeant donc il faut s’y préparer. La semaine qu’on a passée en Suisse était également une course de plusieurs jours donc mes jambes étaient préparées à courir plusieurs jours d’affilée. Le terrain du Pérou était cependant bien différent – on ne trouve pas beaucoup de sable dans les Alpes ! »

 

Quel était l’aspect le plus dur du Semi-marathon Des Sables Peru ?

« Le vent, indéniablement. En fait, il ne fait pas très chaud dans le désert d’Ica car l’océan est très proche. Même si le vent est rafraîchissant, il est également un ennemi invisible. Affronter un vent puissant de face sur plusieurs kilomètres est fatigant. Il ralentit et pompe ton énergie. Il crée également des mini tempêtes de sable qui fouettent les jambes et le visage. »


 

As-tu eu des surprises pendant la course ?

« J’ai été surpris du peu de gens qui utilisaient des bâtons. Ils m’ont beaucoup aidé dans les montagnes suisses, mais ils étaient essentiels dans le désert. Lorsque le terrain est plat, les bâtons te permettent de garder l’équilibre. Lorsque tu cours en montée, ils t’empêchent de glisser en arrière sur le sable. »

 

 

Comment s’est comportée la chaussure de trail Cloudventure dans les dunes ? 

« Parfaitement. Comme il y a énormément de sable, j’ai dû porter des guêtres par-dessus. Comme les guêtres couvrent le pied, il est très important d’avoir des chaussures légères et respirantes. Il est également absolument nécessaire d’être à l’aise dans tes chaussures. Comme il s’agit d’une course sur plusieurs jours, tu risques d’avoir des ampoules dès le premier. La Cloudventure a tenu ses promesses sur tous les points. »

Qu’est-ce qu’on trouve dans le sac d’un coureur qui affronte le désert ? 

Selon Damien, le plus gros enjeu du Semi-marathon des Sables au Pérou n’est pas la distance ou la chaleur, mais la logistique :

 

 

« Cette course se base sur le principe d’autonomie » a expliqué Damien. « Chaque coureur est autosuffisant en nourriture et doit porter tout ce dont il a besoin pendant la course (sauf l’eau, qui est fournie par les organisateurs de la course). » Voici la liste d’équipements emportés par Damien dans son sac à dos qui faisait 7 kg lors du départ.

 

 

Nourriture : 4 kg de repas lyophilisés fournissant environ 3 000 calories par jour. Il y a une variété de nourriture salée (pâtes, riz, purée, taboulé) et d’options sucrées (compote, crème, muesli). De nombreuses barres énergétiques également pour la course et boissons riches en glucides et minéraux pour s’hydrater dans la chaleur et pour la récupération après la course. 

 

 

Kit de cuisine : Un petit réchaud à alcool et une cuillère. « Je n’ai jamais été bon cuisinier de toute façon ! » déclare Damien.  

 

 

Sommeil :  Un matelas et un bon sac de couchage sont essentiels. Le sac de couchage doit être suffisamment chaud (les températures nocturnes peuvent descendre à 10°C), léger et compact.

 

 

Équipement obligatoire (requis par les organisateurs de la course) :  De l’écran solaire, un miroir de signalisation, un couteau, un passeport, une lampe frontale, une couverture de survie, un briquet, un sifflet, de l’antiseptique, des épingles à nourrice et de l’argent liquide. 
 

 

Vêtements :  Bien que la course se déroulait sur le sable et au bord de la mer, Damien souligne rapidement qu’il n’était pas en vacances. « Lorsque tu dois porter les mêmes vêtements pendant quatre jours, un équipement léger qui sèche vite comme le Long-T et le Hybrid Shorts est très précieux. Des guêtres, une écharpe ou une protection pour le visage ainsi que des bâtons sont tous indispensables pour affronter le sable. »

Le Long-T
Damien : « Pour une course comme celle-ci, un Long-T est le t-shirt incontournable. Le soleil du désert peut se montrer très agressif, c’est pourquoi il est nécessaire de porter une vêtement léger, respirant et à manches longues. »
Voir les détails
Le Hybrid Shorts
« J’ai porté le Hybrid Shorts deux-en-un pendant toute la course. Le cuissard intégré a été efficace, avec une compression légère et protectrice. »
Voir les détails

 

Après avoir survécu à sa course dans le désert, Damien reviendra-t-il affronter à nouveau le désert péruvien ?

 

 

« J’ai été séduit par le format de la course et j’aimerais en trouver une autre sur plusieurs jours, mais cette expérience était réellement excitante car je suis parti explorer l’inconnu et j’y ai découvert des paysages époustouflants. Je suis donc ouvert à de nouvelles idées – et de nouvelles aventures. »

 

 

Découvre le reportage complet de la course de Damien sur lesothers.com (en français uniquement). 

La Cloudventure
La chaussure de course hors-piste légère et entièrement amortie. Désormais équipée de la semelle extérieure Missiongrip™ - avec des accroches différentes pour adhérer aux terrains même les plus extrêmes.
Voir les détails

Inspirez-vous davantage pour vous surpasser dans votre course. Abonnez-vous à la Newsletter On.