Retour à la grille

Where I Run : Helen Jenkins, Bridgend, Pays de Galles

Courir dans le bon environnement peut faire toute la différence. Dans les prochaines semaines, nous mettrons en lumière des lieux partout dans le monde qui inspirent notre équipe. C’est à Helen Jenkins, qui est montée sur plus de podiums ITU World Triathlon Series que n’importe quelle autre triathlète féminine britannique de l’histoire, de nous présenter sa ville natale de Bridgend, au pays de Galles.

 

La prochaine athlète de notre série Where I Run est Helen Jenkins, trois fois championne olympique, deux fois championne du monde et honorée du prestigieux titre de Membre de l’Ordre de l’Empire britannique pour le rôle qu’elle a joué dans le développement de son sport. 

 

Elle a grandi à Bridgend, au Pays de Galles, et y vit aujourd’hui avec son mari et ses deux enfants. Le pays de Galles est connu pour ses vallées et paysages verdoyants, ses littoraux escarpés et ses charmants villages (et également pour sa langue, une des plus difficiles au monde). C’est donc l’endroit idéal pour les coureurs qui apprécient les terrains variés, mais aussi une météo capricieuse, comme l’explique Helen. 

 

Salut Helen, première question, pourquoi cours-tu ?

 

Honnêtement, j’adore tout simplement courir. C’est ma discipline préférée du triathlon, elle booste toujours mon moral et me vide la tête. C’est un moyen de m’évader de tout. Avec le monde actuel dans lequel nous vivons, où la Covid-19 est omniprésente, courir est devenu bien plus qu’une évasion. 

 

Quel est ton endroit préféré pour courir ? 

 

Cela dépend de là où j’en suis dans mon entraînement. Actuellement, je me remets en forme après une opération du dos, donc j’adore les longues sorties lentes sur la piste cyclable près de chez nous à Bridgend. Elle suit les vallées en longeant une rivière, la surface est assez plate et homogène. C’est parfait pour ce dont j’ai besoin en ce moment.

   

 

Qu’est-ce qui fait du Royaume-Uni un endroit idéal pour courir (d’après toi) ? 

 

J’adore toute la variété que propose le Royaume-Uni. On peut y pratiquer plein d’activités tout-terrain comme le trail, le fell running, le cross-country. Et on peut également courir sur route. 

 

J’ai beaucoup de chance : j’ai accès depuis la maison à différents types de terrains sur lesquels courir, même si certains sont plus ou moins praticables selon la météo. J’ai une boucle qui emprunte des sentiers publics le long des champs, c’est vraiment pittoresque mais c’est impraticable après de fortes averses car c’est inondé par endroits. Je dois donc choisir mon terrain en fonction de la météo.

 

Y a-t-il des endroits ou itinéraires que tu recommanderais pour quelqu’un qui visite ta ville ?

 

Je vis dans une ville nommée Bridgend où se trouvent les célèbres dunes de sable de Merthyr Mawr. Les coureurs utilisent ce lieu pour s’entraîner depuis des années. 

 

Depuis la ville, c'est un très beau parcours qui descend par des ruelles pour atteindre les dunes, mais il faut ensuite s’accrocher pour atteindre le sommet de la "Big Dipper" - qui est, je pense, la plus haute dune de sable du Pays de Galles. Les vues sont magnifiques et de là, tu peux continuer à courir jusqu'à la plage.

 

Il y a beaucoup de beaux itinéraires pour courir ici donc je dirais que tu ne peux quasiment pas te tromper, où que tu sois. 

 

L’itinéraire préféré d’Helen.

 

Bridgend Life Center jusqu’à la Big Dipper:  

Merthyr Mawr, Bridgend, UK

Find local businesses, view maps and get driving directions in Google Maps.

Pour une course plus tranquille, est-ce que tu prévois un itinéraire plus pittoresque ? 

 

Pour une course facile, j’essaie de ne pas courir sur la route quand c’est possible. J’aime alterner les surfaces car passer du temps sur des surfaces plus souples lors des sorties faciles m’a permis de prévenir les blessures.  

 

Le Royaume-Uni est connu pour être une destination plutôt pluvieuse, est-ce que cela affecte tes sorties à pied ?

 

Je ne peux pas laisser la pluie me perturber car je ne sortirais jamais de chez moi ! 

 

Avoir de bons vêtements permet de rester au sec et des chaussures conçues pour les conditions humides aident beaucoup. Je passe à des chaussures de trail lorsque je cours sur de l’herbe boueuse en hiver. 

 

Heureusement, j’aime bien courir sous la pluie. Je mets de la musique et je saute dans les flaques, j’ai l’impression d’être dans mon petit monde à moi.     

La Cloudventure Waterproof
Notre chaussure de trail légère emblématique parée d’une protection supplémentaire contre les éléments. Légère, respirante et dotée de l’amorti incomparable en descente de la CloudTec®.
Voir les détails

 

T’arrive-t-il de prévoir de terminer ta séance dans un lieu spécifique ?  

 

J’ai deux enfants, Mali (3 ans) et Max (1 an). Ils adorent la plage, donc mon mari les y conduit et je cours pour les rejoindre. Ca fait environ 10 km au total. Ils me prennent des vêtements de rechange et quelque chose à manger. En général, je récupère en construisant des châteaux de sable avec eux. C’est génial. 

    

 

Quelle est ta séance parfaite ? Est-ce le temps, la distance, ou simplement la sensation ? 

 

Ma course préférée est une séance progressive. Je cours pendant une heure, les 20 premières minutes sont régulières, les 20 suivantes sont un peu plus difficiles, et pendant les 20 dernières minutes je tiens le meilleur rythme possible. C’est une séance très difficile, mais quand je suis en forme c’est génial de me sentir si fluide. C’est ultra stimulant de boucler une super séance et de sentir que la forme est là.

 

L’ivresse du coureur (de la coureuse) ? Oui ou non ? 

 

Oui, la plupart du temps ! Lorsque je suis dans un bloc d’entraînement très difficile, cela peut être dur de me motiver mais je me sens toujours mieux après avoir couru. Parfois la partie la plus dure est d’enfiler mes chaussures de course et franchir la porte.

 

Comment décrirais-tu la culture de la course à pied dans ta ville ?  

 

La culture de la course où je vis n’a cessé d’évoluer au cours des dix dernières années. Nous avons de gros évènements près de chez nous, comme le semi-marathon de Cardiff et l’Ironman Wales. Je pense que ça a motivé énormément de gens qui n’auraient peut-être pas couru s’ils n’avaient pas pu participer à ces évènements. C’est super. 

 

Les « park runs » ont également été une énorme motivation pour inciter les gens à courir. Le milieu de la course ici est très amical et tout le monde fait toujours un signe de tête ou un sourire aux autres coureurs.   

Inscris-toi à la newsletter On pour rester au courant de toutes nos nouveautés, offres spéciales et conseils d'entraînement.