Retour à la grille

Where I Run : Josh Amberger On Brisbane

Courir dans le bon environnement peut faire toute la différence. Dans les prochaines semaines, nous mettrons en lumière des lieux à travers le monde qui inspirent notre équipe. C’est au tour de Josh Amberger, notre charismatique Australien avec plus de 10 titres Ironman à son actif, de nous transporter dans sa ville natale de Brisbane.

 

Le triathlète professionnel Josh Amberger participe à des courses partout dans le monde, mais il rentre toujours dans sa ville natale de Brisbane.

 

Troisième ville la plus peuplée d’Australie après Sydney et Melbourne, Brisbane est considérée comme la zone à la croissance la plus rapide du pays, et au monde. Avec une moyenne de 280 (certaines sources disent 250) jours de soleil par an et réputée pour son accueil chaleureux et sa diversité (les statistiques indiquent que 30 % des habitants sont des étrangers), ce n’est peut-être pas vraiment surprenant. 

 

La ville propose beaucoup d’espaces verts, ses habitants sont connus pour leur ouverture d’esprit et il y a une scène gastronomique florissante. Le niveau de vie y est haut et les gens sont aussi lumineux et rayonnants que la météo. Que faut-il de plus ? 

 

Josh nous emmène courir dans ses coins préférés et nous en dit un peu plus sur la culture de la course à pied à Brisbane. Lis l’interview ci-dessous pour en apprendre plus. 

 

Salut Josh, première question, pourquoi cours-tu ?

 

Il y a plusieurs réponses à cette question. D’abord, je pense que je cours parce que cela fait partie de ma profession. Pour être le meilleur athlète possible, je dois aborder la course dans l’esprit de performance pure, comme un élément que je dois maîtriser. 

 

Où se trouve ton endroit préféré pour courir ? 

 

J’adore courir sur les trails vallonnés et sauvages à l’extérieur de Brisbane. En particulier dans les parcs Samford Conservation Park et Bunyaville Park. Brisbane a aussi des coins urbains fantastiques, comme les pistes cyclables le long de la rivière Brisbane et des boucles autour de l’université Ste Lucia.

         

 

Qu’est-ce qui fait de Brisbane un lieu idéal pour courir ? 

 

Nous avons beaucoup de variété. Brisbane est une grande ville, mais je pense qu’elle est bien aménagée en ce qui concerne les zones vertes et les espaces de loisirs. Nous avons un très vaste réseau de trails qui sont principalement vallonnés et montagneux. 

 

Le trail running est de plus en plus populaire par ici, et c’est cool de le voir décoller. Mais, là où je pense que Brisbane est vraiment fantastique, c’est le fait que nous avons un immense réseau de voies partagées à travers la ville, sur lesquelles tu peux courir en toute sécurité toute l’année. 

 

Il y a des itinéraires très pittoresques et cools partout. Tu peux trouver ton propre espace ou courir avec du monde. Nous avons aussi beaucoup d’événements, sur trail, sur route et sur piste. Il se passe toujours quelque chose !

     

 

Y a-t-il des endroits ou itinéraires que tu recommanderais pour courir à Brisbane ?

 

Probablement la piste cyclable du bicentenaire, un itinéraire de course classique à Brisbane. Ou aller jusqu’au mont Coot-tha pour une expérience de trail urbaine vraiment géniale. Si ça ne te dérange pas de voyager, South Boundary Road offre de longs trails sauvages, et Gap Creek a des single-tracks incroyables.     

Entraîne-toi avec la chaussure préférée de Josh :
The performance shoe for maximum cushioning, the Cloudstratus has two layers of Helion™-enriched CloudTec® for enhanced vertical and horizontal cushioning.
La Cloudstratus

Pour une sortie plus tranquille, est-ce que tu prévois un itinéraire plus pittoresque ? 

 

Pas vraiment. J’essaie de limiter les trajets pour optimiser le temps de récupération pendant la journée, donc les options locales ont toujours ma préférence. J’aime aussi faire mes séances faciles sur l’herbe alors je choisis les plus grands parcs du coin, en particulier le parc Teralba, qui a des terrains de foot et de grands espaces avec des arbres énormes, et qui est du coup plutôt joli.

 

T’arrive-t-il de prévoir de finir ta séance à un endroit spécifique ? 

 

Pendant l’intersaison, je peux me permettre d’avoir une approche plus décontractée à l’entraînement. Il m’est en effet arrivé d’avaler quelques burgers pour le petit-déjeuner après une longue sortie le dimanche !

 

Quelle est ta séance parfaite ? Est-ce la durée, la distance, ou simplement la sensation ? 

 

C’est probablement plus une sensation. Si mon corps va bien et n’est pas écrasé de fatigue, ce sera dans tous les cas une bonne séance. Peut-être que la course parfaite serait de partager de bonnes sensations à un rythme soutenu avec un groupe d’amis sur un beau trail. Elle durerait probablement entre 90 minutes et 2 heures.

          

 

L’euphorie du coureur, oui ou non ? 

 

Bien sûr ! Mais je pense que quand tu pousses les limites de ton corps, c’est normal que tu n’apprécies pas toutes les sorties. Tu sais que tu aimes encore la course quand tu te lèves le lendemain pour recommencer.

 

Parfois quand tu t’entraînes pour des événements extrêmes comme un Ironman, l’euphorie du coureur est plutôt un soulagement que la séance soit finie, que l’euphorie de la course en elle-même.  

 

Comment décrirais-tu la culture de la course à pied à Brisbane ?  

 

C’est marrant de répondre à cette question, parce qu’en tant que professionnel, je ne dois jamais courir à 5 h du matin, alors je ne sais pas trop ! Je suis plus un athlète qui se lance à 7, 8 h du matin, parce que je n’ai pas besoin de me dépêcher pour aller au travail après. 

 

Courir est incroyablement social ici à Brisbane et je pense qu’on peut trouver un groupe d’entraînement pour n’importe quel type de course à pied. Récemment, j’ai vu une quantité incroyable de groupes de trail running pour femmes, ce que je trouve vraiment cool.

        

Inspire-toi davantage pour te surpasser dans ta course. Abonne-toi à la Newsletter On.