Retour à la grille

Derrière les meilleurs : Alicia Monson

Enfant et adolescente, Alicia jouait au basket et au volley, et elle faisait de la gymnastique, parfois même du football américain avec son frère. En vue de ses débuts olympiques, nous parlons à ses parents, Beth et Jay, pour savoir comment elle était enfant.

Enfant et adolescente, Alicia jouait au basket et au volley, et elle faisait de la gymnastique, parfois même du football américain avec son frère. En vue de ses débuts olympiques, nous parlons à ses parents, Beth et Jay, pour savoir comment elle était enfant.

 

Le parcours qu’a dû parcourir Alicia pour aller à Tokyo est, selon ses propres mots, « inhabituel » et le mot est faible. Elle a terminé troisième de l’évènement du 10 000 m aux qualifications américaines pour garantir sa participation, mais elle ne se souvient pas vraiment des derniers tours de la course. Peu après avoir franchi la ligne d’arrivée, Alicia a été emmenée à l’hôpital.

 

Il s’est avéré qu’elle souffrait d’hyperthermie en raison de la chaleur. Mais, comme cette histoire le démontre clairement, Alicia est une battante. Et comme ses parents nous le disent dans les questions-réponses ci-dessous, ce n’est pas la première fois qu’elle doit rebondir...

Salut Beth et Jay, quel est votre premier souvenir d’Alicia et ses débuts en course à pied ?

 

Notre école primaire avait une journée d’athlétisme assez sérieuse au printemps. Alicia avait tendance à gagner beaucoup de rubans bleus. Nous avons une photo d’elle en CM2 après qu’elle et ses amis ont couru le 800 m. Alicia était prête à aller plus loin, ses amis trouvaient que c’était déjà beaucoup. 

 

Elle a commencé le cross-country en 6e, et en 4e les lycéens voyaient bien qu’elle avait du potentiel. Ils l’ont convaincu d’aller au cross-country au lieu du volley, au grand désarroi de l’entraîneur de volley puisqu’elle était la meilleure passeuse.
 

Comment était Alicia quand elle était enfant ?

 

Quand elle était petite, Alicia était calme et discrète. Elle observait tout ce qui se passait autour d’elle, les sens à l’affût, et elle avait toujours un air pensif. Que ce soit l’école, le piano, le sport, ou tout ce qui l’intéressait, elle faisait toujours de son mieux.
 

Elle représente son pays sur la plus grande scène du sport. Qu’est-ce que ça vous fait de voir son rêve se réaliser ? 

 

Nous soutenons nos enfants dans toutes leurs passions, de la façon dont ils en ont besoin. De voir que tout son travail a payé, ça nous rend si fiers. Elle est tellement déterminée et concentrée, nous ne sommes pas surpris, mais nous avons encore du mal à y croire. Nous savons qu’elle fera de son mieux pour représenter les États-Unis.

 

Quel effet ça fait de savoir qu’elle est maintenant une athlète olympique ? 

 

J’ai toujours adoré les Jeux olympiques, mais les athlètes ne faisaient pas partie de mon monde. Je ne lisais que des livres sur eux ou je les regardais à la télé, j’admirais leur engagement pour leur sport. Je pensais et je pense toujours qu’Alicia est capable de grandes choses, mais les Jeux olympiques ? Ouah. 

 

En athlétisme, elle a toujours été une participante très cognitive. Les entraîneurs l’entraînaient, elle retenait les informations et les exécutait comme ils le lui avaient indiqué.

 

Une chose qui nous a toujours fait chaud au cœur, c’est ce qu’elle faisait après ses courses. Au lycée, quand elle finissait une course de cross-country ou d’athlétisme, elle se tenait à la ligne d’arrivée et elle félicitait tous les coureurs à mesure qu’ils la franchissaient. Pendant qu’elle était au lycée, elle s’est poussée à récupérer d’une rupture d’un ligament croisé en décembre et elle était de retour sur la piste en mai et elle a réussi à gagner un championnat national au 3 200 m, nous aurions dû nous douter qu’elle avait le dynamisme pour exceller.

Que s’est-il passé le jour où elle s’est qualifiée ? Lui avez-vous parlé avant ?

 

Généralement, nous avons tendance à ne pas parler à Alicia avant les compétitions. Nous essayons de respecter son planning et sa concentration. J’essaie de lui envoyer un message numérique positif. Nous étions tous tellement fiers de son incroyable concentration et détermination. 
 

Qu’est-ce que vous pensez que ça vous fera de la voir concourir sur la plus grande scène du sport ? 

 

Oh ouah. Je veux juste être là-bas avec elle, mon cœur sera avec elle. Je prie au début de la course (et, très honnêtement, pendant la course aussi) pour Ali et la sécurité de tous les coureurs. Je ressens généralement la même chose pour nos enfants, que ce soit pour le sport quand ils étaient enfants ou les plus grands évènements. Cette fois c’est vraiment spécial. Nous voulons simplement qu’elle vive une expérience positive. 

 

Est-ce difficile de ne pas pouvoir être là-bas pour l’encourager ? 

 

Alicia est tellement confiante et bien entraînée. Elle est calme et très factuelle dans sa façon de penser ; nous savons qu’elle va bien s’en sortir. Étant ses parents, nous voulons simplement être là pour l’embrasser et lui envoyer des ondes positives sur la piste. Elle a tellement de membres de la famille et d’amis qui l’encouragent, je pense qu’elle va porter notre amour avec elle. 
 

Est-ce que vous aimez la regarder en compétition ? Ou est-ce que c’est éprouvant pour les nerfs ? 

 

Ha. Honnêtement, je pense que regarder le basket était plus éprouvant pour les nerfs. À mesure qu’elle progresse d’un niveau à un autre, je profite plus de la regarder parce qu’elle a tellement de maîtrise. Nous souhaitons encore des résultats positifs à chaque course. Nous sommes heureux d’être les parents d’Alicia, sur la piste et dans la vie normale. Je dirais que regarder le cross-country est tellement sympa, courir le long du sentier et faire un peu de Facebook live pour les gens à la maison. Être là, c’est toujours mieux. Parfois, je pleure un peu.
 

Des moments durs, des célébrations, des échecs qui, selon vous, ont aidé à faire d’Alicia l’athlète qu’elle est maintenant ? 

 

Alicia apprend et se développe tous les jours. Se rompre le ligament croisé, puis revenir en un temps record était une grosse occasion de développement. Aussi, ses concurrentes coriaces à l’université l’ont préparée pour ce prochain niveau en tant qu’athlète professionnelle. 

 

Comment continuez-vous à la soutenir aujourd’hui ? 

 

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider avec les petites choses de la vie. Elle sait que nous sommes toujours là de la même façon que nous l’avons toujours été. Avec nous, elle est notre petite Ali. La sœur de Lyd, Cole, et Trina. Nous sommes décontractés avec elle, comme elle l’est, juste une des enfants Monson. 
 

Découvre la collection officielle On Swiss Olympic et Paralympic
Conçue pour les athlètes olympiques suisses, cette collection est disponible pour tous les sportifs qui souhaitent porter plus que les couleurs de notre équipe olympique.
Découvre la collection de l'équipe olympique suisse

Inscrivez-vous à la newsletter On pour rester au courant de toutes nos nouveautés, offres spéciales et conseils d'entraînement.


En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez la Politique de confidentialité de On.